«Il était capable de cacher aux autres ce qui se passait vraiment en lui», estime-t-elle, expliquant qu'il «ne parlait pas beaucoup de sa maladie, seulement qu'il suivait un traitement psychiatrique à cause de cela». • Le copilote connaissait le lieu du crash Le constat fait par les membres du club d'aviation de Montabaur, ville d'origine du copilote où il s'entraînait, est troublant: Andreas Lubitz connaissait le secteur des Alpes où l'A320 de la Germanwings s'est crashé. Passionné de planeur, il effectuait régulièrement des stages dans le club d'aviation de Sisteron, à quelques minutes de vol du lieu du crash. echarpe burberry pas cher
«Andreas a participé à un de ces stages dans les Alpes-de-Haute-Provence (... doudoune burberry femme ) Il était passionné des Alpes et même obsédé. Je suis certain qu'il connaissait le secteur du crash car il l'avait survolé en planeur», affirme au Parisien Dieter Wagner, un membre du club. Pour autant, l'idée qu'Andreas Lubitz ait pu prévoir le lieu du crash lui paraît invraisemblable. trench femme burberry
«Je ne crois pas qu'il ait délibérément choisi cet endroit. Comment pouvait-il savoir que le commandant de bord allait sortir du cockpit à ce moment-là? Ça fait trop de coïncidences», a-t-il affirmé à France 2. • L'arrêt maladie caché Au cours de leurs persquisitions aux deux domiciles de Lubitz, les enquêteurs ont découvert qu'il faisait l'objet d'un arrêt maladie le jour du drame.